Olivier Brunhes
(c) Eric Garault

Olivier Brunhes a grandi dans une cité de banlieue parisienne. À 18 ans, à la suite d’une « succession de miracles », il est devenu acteur. Il a travaillé avec des artistes tels que Laurent Terzieff, Joël Pommerat, ou encore Ariane Mnouchkine, et a donc découvert la littérature en incarnant les textes d’autres auteurs. Après avoir exercé le métier d’acteur pendant un bon nombre d’années, il a commencé à s’ennuyer dans le théâtre institutionnel. Il a donc conçu des spectacles avec des « pas pareils ». Ainsi, il a « quitté le monde de la pensée préfabriquée pour écouter des univers inconnus et vibrants ».

Son spectacle Paroles du dedans, écrit et monté avec des détenus de la Maison d’Arrêt d’Osny (95) est un bel exemple du travail d’Olivier Brunhes : permettre à ceux qui n’ont jamais la parole de faire entendre leur(s) voix.

Fracas, qui sera repris les 12 et 13 décembre 2016 au Théâtre de Belleville, en est un autre. C’est à un panel plus large de « paroles empêchées » qu’il permet alors de s’exprimer : personnes handicapées, sans-abris…

Après avoir écrit plusieurs pièces de théâtre ainsi qu’une nouvelle sur les émeutes de 2005 à Clichy-sous-Bois, Olivier Brunhes a publié son premier roman La nuit du chien, chez Actes Sud en 2012 (Prix Senghor du premier roman francophone 2013, Prix des lycéens et apprentis).

Olivier Brunhes a vu dans l’expérience Première Matière une sorte de jeu. Il a dû revenir plusieurs fois sur les odeurs contenues par les petites fioles que nous lui avions attribuées. Elles recelaient selon lui des « nuances subtiles », alors que nous serions « trop habitués à nous faire matraquer par des odeurs agressives ». Pas étonnant alors, de savoir qu’il préfère l’odeur de la saucisse qui sèche ou de la marijuana (« même sans la fumer­ ! ») à celle, synthétique, des détergents et autres diffuseurs de parfums de voitures !

Reprise de Fracas, les 12 et 13 décembre au Théâtre de Belleville. Réservation indispensable­: 01 83 64 50 20