portrait

Mélie édite aussi elle. Elle a créé l’année dernière La Maison Coule avec une première publication de textes et d’illustrations.

formeDans la vie de tous les jours, on la retrouve surtout entre graphisme et dessin, principalement pour des projets dans l’édition.

Elle vient par exemple de collaborer avec Paul Rey pour La Valse des tambours, un livre de peinture (Risographie – sortie fin octobre – Fidèle Editions) et est à la direction artistique d’une nouvelle revue de sciences humaines appelée Anatomie du charisme (Bichromie – sortie le 8 octobre – Editions Anamosa).

premieresm_2Cette fiole a l’air d’avoir offert une odeur plutôt déstabilisante à Mélie. Écœurante, entêtante, brutale et charnelle. Ça l’a remuée de manière viscérale.

Enfin, elle met le doigt dessus : ça lui rappelle un rouge à lèvre avec lequel elle se peinturait étant petite.

Son projet devient alors régressif, elle décide de n’utiliser que des choses de seconde main. Si cette odeur est si intime et lui rappelle autant de chose, elle doit utiliser des travaux introspectifs existants et les croiser entre eux.

Elle ressort des anciens dessins, coupe, colle, peint, puis coupe, colle, peint.

« Je n’aime pas vraiment les odeurs, j’aime que ça sente rien. Ah non … j’aime une odeur ! Celle de la nourriture ! »

Son site Internet par ici !