« Le radium est l’élément chimique de numéro atomique 88, de symbole Ra. Il est d’un aspect parfaitement blanc mais il noircit lors de son exposition à l’air libre.»

12188885_935690913176233_7843508993759097593_n-2

Lola, c’est la même Lola que celle qui fait partie de l’équipe de Première Matière. C’est aussi une jeune poète qui s’est «autorisée à écrire» depuis quelques années.

À la suite d’une licence de lettres modernes à l’université Paris VII, d’un master d’édition à Paris XIII, elle rejoint les éditions de l’Iconoclaste en tant qu’éditrice. En 2011, lorsqu’elle entend pour la première fois des poètes lire en live, elle réalise que l’écriture peut être libre, sans contrainte. Alors Lola écrit partout où elle peut faire couler son encre avec une signature instinctive et primaire questionnant le relationnel.

Ce n’était pas la première fois que Lola créait avec les sens. En effet, elle a collaboré à plusieurs reprises avec le Journal d’un anosmique pour des articles (notamment ici ou ) ou lors d’évènements. Première Matière, c’est aussi la suite d’une belle amitié entre Martin Jaccard et Lola Nicolle, entre les odeurs et les mots.

img_29531Comment avez-vous appréhendé le projet que nous vous avons proposé ?

Faisant partie de l’équipe Première Matière, j’ai été touchée que Marie, Sophie et Martin me proposent de faire également l’expérience. Moi qui avais donné tant de conseils aux autres artistes pour appréhender l’exercice, je m’y suis trouvée à mon tour confrontée, dans la même position qu’eux.

Comment avez-vous procédé pour sentir les odeurs ?

J’ai déposé la matière première sur un papier. Puis, je l’ai oublié un moment dans un carnet. Cette odeur très entêtante a contaminé le carnet, je n’ai plus vraiment ressenti la fiole par la suite car l’odeur me suivait partout ; j’ai en revanche fini par jeter le carnet !

Quels mots/sensations vous semblent lui correspondre ?

Quand je pense à cette odeur, me viennent les mots : froid, clinique, mort. J’avais l’impression que lorsque je m’y replongeais, un détraqueur [ndlr : une créature des ténèbres du monde de Harry Potter] était dans la pièce. Pas un très bon moment. J’ai écrit mon texte dans une sorte d’urgence ; il fallait que je m’en sorte.

Une odeur sûrement pas naturelle, plutôt synthétique.